3 jours à moto sur le plateau des Bolaven – Partie 2 : Cascades & vers à soie

Pour ce deuxième épisode de mon road trip sur le plateau des Bolaven, je vous propose moins de rencontres mais plus de nature !

Le plateau des Bolaven est réputé pour ses nombreuses cascades, toutes plus belles les unes que les autres. Nous avons eu l’occasion d’en voir quelques unes pendant notre parcours.

Alors bien sûr si vous partez pour 1, 2 ou même 3 jours, vous ne pourrez pas vous arrêter à toutes les cascades que vous trouverez sur votre chemin, sinon, vous risquez de ne jamais arriver à destination ! Il va falloir choisir…
Mais ne vous inquiétez pas. Si vous allez louer votre scooter chez Miss Noi (j’en parle ici), Yves vous donnera tous les conseils nécessaires pour ne rien rater du voyage !

Tad Lo et ses éléphants

Une soirée à Tad Lo

Je vous l’ai dit dans l’épisode 1, en arrivant à Tad Lo, nous avons quasiment immédiatement repris la moto pour faire quelques kilomètres de plus pour aller voir M. Hook. Le plan était d’être revenues avant 16h, heure à laquelle des éléphants vont se baigner dans une cascade tout proche. Bien évidemment nous avons loupé le rendez-vous, tant M. Hook était passionnant (et passionné). Heureusement, l’hôtel près duquel vivent lesdits éléphants nous a informé que nous pouvions revenir le lendemain matin entre 7h et 7h30 pour voir la baignade des pachydermes.
Rendez-vous est donc pris et nous retournons à notre GuestHouse.

bolaven-soieJe ne pense pas avoir trouvé de Guesthouse moins chère que celle-ci… Chez MamaPaps, nous n’avons payé que 67500 kip (soit environ 7,5€) pour 1 nuit, 1 excellent dîner et 1 petit-déjeuner pantagruélique… pour 2 personnes !
Et en plus, en cadeau de départ, la « mama » de la maison nous a offert de jolis bracelets de protection qu’elle a béni avant notre départ… (pour information, ces bracelets sont censés vous protéger. Mais pour cela, il faut les garder au moins 3 jours. Et si vous souhaiter les enlever, il ne faut surtout pas les couper, il faut les retirer !).

Nous avons été prendre un verre dans la Guesthouse à côté, tenue par un couple de français installé ici depuis 4 ans et qui, en plus de monter une guesthouse, est famille d’accueil pour 6 enfants du village. Ils surviennent ainsi aux besoins (santé, école et nourriture) de ces 6 jeunes qui vivent chez leurs parents, à quelques rues de la guesthouse. Ils leur offre ainsi la chance d’avoir une éducation et une couverture médicale !

A l’eau les éléphants

bolaven-soie1Après une courte nuit, due sans aucun doute à l’énorme orage qui s’est abattu sur notre toit de tôle jusqu’à au moins 3 heures du matin, nous nous dirigeons vers la fameuse cascade aux éléphants. Et après quelques minutes d’attente, les voilà ! Je n’avais jamais vu d’éléphant avant… Autant dire que la rencontre fut impressionnante.
Alors bien sûr ces 2 spécimens sont enchaînés et des humains les montent (au moins pour les laver), mais qu’ils sont majestueux…et puis au moins… ils sont vivants, ce qui n’aurait peut être pas été le cas s’ils avaient été laissés en liberté.

Après quelques minutes d’observation, nous les laissons manger en paix et repartons prendre quelques photos de la cascade de Tad Lo, avant de reprendre la route.

Les cascades du plateau des Bolaven

Il me semble que des photos parleront mieux que des mots alors je vous laisse regarder:) (cliquez sur l’image pour l’afficher en plein écran;))

Et puis parce qu’on n’a pas vu que des cascades, quelques photos des paysages que l’on a croisé !

Plateau des Bolaven (15)
« 1 de 11 »

La soie des Bolaven

Et pour terminer ce séjour sur une note culturelle, je vous propose la visite d’une ferme de soie que l’on a découvert sur la route.

Les vers se nourrissent de feuilles de mûriers (il faut environ 3000 mûriers pour 12 000 vers!). Or, la récolte de la feuille de mûrier se fait à la main et très tôt le matin (4h30) tous les jours pendant la saison des pluies ! On installe les vers dans une maison (pour ne pas que les oiseaux les mangent), sur un filet. Puis, on les recouvre de feuilles de mûriers. Et l’opération est à répéter 3 à 4 fois par jour.
Les larves de vers à soie sont achetés en Thaïlande et il faut 30 jours pour qu’ils grandissent. Ce n’est qu’après qu’ils commencent à faire leur cocon et à entourer celui-ci de fil de soie.
Attention à ne pas perturber la croissance du cocon car cela se verra à l’épaisseur du fil de soie.

Pour récupérer la soie, on place les cocons dans l’eau bouillante pour tuer le vers et faire fondre la glue qui le protège. Ensuite il faut trouver la fin du fil pour dérouler le cocon sans le briser. C’est une machine à roue qui fera ce travail sur 13 cocons en même temps (quantité nécessaire pour faire un fil de 20 deniers d’épaisseur).

Un travail d’équipe

bolaven-soie2Dans la ferme que nous avons visité, il y a une « nurserie de mûriers ». Les familles Laotiennes des environs peuvent travailler en collaboration avec la ferme pour élever des vers à soie. Pour cela, ils obtiennent 3000 pieds de mûriers qu’ils planteront chez eux. Au bout d’un an, si le mûrier donne, c’est qu’ils sont « aptes » à s’occuper de vers à soie ! Mais peu de Laotiens aiment faire grandir des vers à soie car au Laos, on est paresseux (c’est pas moi qui le dit, ce sont les Laotiens eux-mêmes). Et élever des vers à soie n’est pas de tout repos comme je vous l’ai expliqué plus haut !

Après une visite d’une heure passionnante, et après avoir attendu 1h de plus que l’averse diluvienne stoppe…. nous avons repris la route et sommes rentrées à Paksé rendre nos bolides et commencer à trier les nombreuses photos que nous avons pris pendant ces 3 jours !

Alors ? Convaincus par le plateau des Bolaven ?

Commentaires Facebook

commentaires

A propos de l'auteur JobTrotteuse

Découvrez mon blog voyage sur mon tour du monde via wwoofing et workaway, à la découverte des cultures du monde. Rejoignez-moi sur mon profil Google+

Commentaires

CommentLuv badge

  • Répondre de Beaulaincourt

    Très beau road trip et cascades dynamiques qui m’entraînent dans tes découvertes. Après ton résumé intéressant sur l’élevage du ver à soie il est permis de se demander :qui sont les «  moins paresseux » s’occupant de filer voire de tisser cette précieuse matière?

    Read you soon

    • Répondre JobTrotteuse

      C’est pas moi qui dit qu’ils sont paresseux, ils le disent eux-même 🙂 « surtout les hommes » précisent-ils.
      Il est donc « normal » que les plus travailleurs soient des travailleuses. Ce sont les femmes qui tissent la soie ! Et il est vrai que cela demande un sacré boulot !
      Ne serait-ce que pour installer le métier à tisser : Sur un gros métier, il faut 1 mois pour installer les fils !

  • Répondre de Romblay

    Coucou Sibylle..nous aussi nous avons vu des cascades en Croatie (d’où nous sommes revenus il y a huit jours) mais nous savourons les tiennes avec ravissement. Quel talent pour nous narrer ton périple ! Big bisous. Brigitte & Olivier

    • Répondre JobTrotteuse

      Super la Croatie ! C’était comment ? J’imagine que c’est magnifique aussi ! 🙂

      • Répondre de Romblay

        Bonsoir Sibylle, c’était une belle découverte et nous avons été ravis de notre périple. Très chouette dépaysement, la côte dalmate est de toute beauté, la mer est transparente…bref on en a pris plein les yeux. Les croates sont très accueillants et sympathiques ! Les Français pourraient y prendre quelques leçons de savoir-vivre…
        Nous t’embrassons de tout coeur. Brigitte & Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *