Expérience : Petit précis de méditation

Jamais encore je n’avais expérimenté la méditation, si ce n’est pour prendre des poses sur les photos. Tout le monde connaît cette fameuse posture du lotus, jambes croisées, mains posées sur les genoux, les doigts formant un cercle.

Mais savez-vous vraiment comment et pourquoi méditer ?

Qu »est ce que la méditation ?

Il y a plusieurs formes de méditation, mais qui ont toutes le même objectif : développer son attention et sa concentration, en arrêtant de se projeter sans cesse dans le futur et en profitant de l’instant présent.

Nous pensons constamment à un milliard de choses à la fois. Essayez de vous souvenir de la dernière fois où vous n’avez pas sauté d’une pensée à l’autre, la simple vue d’une voiture vous faisant soudainement penser qu’il faut amener la votre chez le garagiste, que celui-ci ferme à 18h et qu’entre temps il faut que vous alliez chercher les enfants à l’école et que « tiens mais au fait » est-ce que vous avez bien payé la cantine ce mois-ci etc…

Ce train de pensées incessant fait travailler votre cerveau non stop, et c’est pour cela qu’à la fin de la journée, vous risquez de vous sentir fatigué à la fin de la journée en plus d’être stressé et d’avoir eu l’impression de n’avoir le temps de rien faire alors que vous n’avez pas arrêté.

Développer votre concentration via la méditation peut vous aider à réguler le flot de pensées qui vous assaille.

Vous pouvez d’ores et déjà faire un petit test de méditation. C’est très simple. Il suffit de fermer les yeux, de ralentir un peu votre respiration et de vous concentrer sur l’air qui entre puis sort de vos narines. Tentez de suivre le trajet de cet air de votre nez jusqu’à vos poumons. Vous pouvez aussi focaliser votre attention sur un son que vous entendez, ou sur la sensation que vous avez au toucher d’un objet.

Maintenez votre attention sur cette même sensation pendant 3 minutes.

Bravo ! Vous venez de faire votre première séance de méditation !

Vous voulez aller plus loin ? Alors lisez la suite 🙂

Les différentes techniques

Il existe plusieurs techniques de méditation et que chacune d’entre elle peut vous apporter quelque chose de différent.

  • La méditation en marchant :

Cette technique vous permet d’apprendre à méditer tout en faisant autre chose. L’idée étant de décomposer chaque mouvement de la marche. A pratiquer aussi lorsque vous êtes fatigués et que vous pensez que la méditation assise ou couchée ne vous mènerait nulle part sinon dans les bras de Morphée.

  • La méditation debout :

Si vous êtes fatigué vous pouvez aussi méditer simplement en restant debout. Sachez seulement que la douleur dans cette position arrive bien vite dans les pieds !

  • La méditation allongée :

Comme le « resting buddha », vous pouvez aussi décider de vous allonger sur le côté droit (pour que votre cœur soit tourné vers le ciel). Faites reposer votre bras gauche sur votre côté gauche et soutenez votre tête avec votre main droite. C’est selon moi la position la plus inconfortable, mais il faut bien essayer :).

  • La méditation assise :

La position la plus connue, reste la position assise, en tailleur (ou en lotus si vous le sentez, rappelez-vous juste qu’une fois choisie, vous n’êtes plus censé changer de position).

  • La « food  méditation » :

Vous en avez marre d’avaler votre repas en 2 temps 3 mouvements sans avoir le temps de profiter de chaque bouchée ? Osez donc la méditation pendant le repas, vous verrez, cela vous changera. Pour cela, il suffit de mâcher consciencieusement chaque aliment que vous portez à la bouche, bien plus longtemps que ce que vous feriez normalement. Au bout de quelques bouchées, non seulement votre ressenti des goûts et des odeurs sera décuplé, mais en plus, vous serez beaucoup plus vite rassasié ! Un nouveau mode de régime en vue ?

(si vous combinez la food méditation avec l’apprentissage de l’utilisation des baguettes…. Vous serez doublement focalisé sur l’instant présent ^^)

Quelques autres petites choses à savoir :

Vivre au présent : Le premier grand principe de la méditation, c’est d’apprendre à vivre pleinement l’instant présent, sans constamment penser à ce qu’on doit faire après ou à ce qu’on a pas fait alors qu’on aurait du le faire. Quoi de plus présent que votre respiration, qui, si vous le faites inconsciemment, ne vous quitte jamais ? Cessez-donc de vous demander si vous avez besoin de pain pour ce soir et concentrez-vous sur votre nez, sur l’air frais qui y entre quand vous inspirez et sur l’air un peu plus chaud qui en sort quand vous expirez. Et ne pensez à rien d’autre !

Rester immobile : Un autre principe de la méditation est de ne pas bouger. Aussi, lorsque vous choisissez une position, il faudra vous y tenir. Méditer, c’est aussi réussir à appréhender et accepter la douleur qui, quelle que sera votre position, finira forcément par apparaître. Aussi, lorsque vous sentirez ce petit picotement dans le bout de vos pieds parce que vous avez des fourmis, ne fuyez pas ! Essayez au contraire de vous concentrer sur cette douleur, et de l’analyser : Est-ce que finalement ça fait si mal que ça ? L’un des préceptes du Bouddha est que « rien n’est permanent, tout se finit forcément à un moment ou à un autre». Autrement dit, la douleur finira par partir. Si vous arrivez à vous concentrer sur cette douleur et à savoir pourquoi elle est là, votre cerveau finira par l’accepter et elle partira d’autant plus rapidement. Si vous n’y arrivez pas, faites l’inverse et concentrez-vous sur une partie de votre corps qui va bien !

Ma propre expérience :

Grâce à mon séjour au Mindfulness Project, j’ai pu faire l’expérience de la méditation. Au début, j’étais un peu dubitative sur les bienfaits de la méditation, ne l’ayant moi-même jamais testé avant d’arriver au projet. Autant vous dire que la surprise et la satisfaction furent grandes lorsque 5 jours après mon arrivée, pour la première fois, je ressenti ces fameux effets. Nous avions prévu 2 heures de méditation (30 minutes sur chaque posture), notre prof menant la méditation pendant les 5 premières minutes de chaque session, afin de nous aider à nous positionner correctement.

Un début plutôt décevant

J’avoue ne pas avoir été touchée par la méditation en marchant, bien qu’à la fin des 30 premières minutes, je sentais déjà mon esprit bien plus reposé, et moins enclin à passer d’une pensée à l’autre. Vint ensuite le moment de la méditation allongée. Rien à signaler non plus pendant ces 30 minutes, à part peut être la sensation que c’était la position la plus difficile à tenir sur le long terme.

Lorsque vint le moment de se mettre debout, je me sentais déjà plus reposée et étais prête à affronter les 30 minutes debout, sans bouger un muscle. La douleur dans la plante de mes pieds se fit sentir dès les premières minutes, mais quelle ne fut pas ma satisfaction lorsque j’arrivais à m’interdire de bouger et qu’au bout de 2 minutes (ou peut être 10 … on perd vite le compte), cette douleur s’était transformée en douce chaleur, plus si douloureuse que cela à bien y réfléchir. Après cette « distraction », qui n’en est pas tout à fait une puisqu’elle permet de rester dans l’instant présent, je me re-concentrais sur ma respiration, me demandant au passage depuis combien de temps j’étais debout. « Oh, ça doit faire 10 minutes » pensais-je… Juste à ce moment, le gong sonnant les 30 minutes retenti ! Incroyable ! Il est déjà temps de passer à la dernière position pour ½ heure de méditation assise.

A ce moment, je repensais à quelque chose que nous avait dit notre prof un soir :

Lorsque vous vous surprenez à penser à quelque chose d’autre que le moment présent, ne rejetez pas cette pensée mais évitez seulement de vous y arrêtez.
Observez simplement « tiens, une pensée. Ok j’y reviendrai plus tard », et revenez à votre respiration.

Méditer consiste à observer. Donc si vous vous contentez d’observer que vous pensez à quelque chose, sans entrer dans l’analyse de cette pensée, c’est tout bon ! 
guillemets jaune fin

Ok, on va essayer de faire ça. C’est parti pour 30 minutes de méditation assise. Pour l’avoir pratiqué plus souvent que les autres position, je sais qu’au bout de 5-10 minutes, j’ai toujours des fourmis dans la jambe gauche. Mais allez savoir pourquoi, cette fois-ci, rien à l’horizon ! Bon…. Continuons ! Tiens, une pensée. Allez, on met en pratique les conseils du prof, et on la laisse passer. On y repensera plus tard. Et si on a oublié…. C’est que c’était pas si important que cela !

Quand soudain…

Lorsque le gong retenti, une fois de plus j’eus l’impression que ne s’étaient écoulées que 10 minutes depuis mon changement de position. Mais surtout, et encore plus surprenant, je me rappelais que plusieurs fois pendant cette dernière ½ heure, je me sentais basculer en avant ou en arrière et me rétablir avec un sursaut, exactement comme lorsque l’on s’endort, que notre corps se relâche et que soudain, pour ne pas tomber, on se réveille en sursaut. La seule différence avec ce que j’ai ressenti … C’est qu’à aucun moment je ne me suis endormie pendant cette méditation. Ou peut-être que si…. Hmmm…. J’ai un doute du coup. Mieux vaut poser la question à mon prof.

Vient le temps des questions-réponses après la méditation. Aussi surprenant que cela puisse paraître, avant même d’avoir pu poser ma question, le prof y a répondu de lui-même en racontant cette anecdote.

livre

Explication : Le moine n’était en fait pas dans un sommeil profond, mais en méditation profonde. La différence ? Le sujet semble endormi mais se rappelle en fait de tout ce qui se passe autour de lui. Ce phénomène a même pour effet d’améliorer considérablement les capacités cérébrales pendant ce moment là. La preuve. Qui pourrait se souvenir d’une liste de 50 questions dans l’ordre ?

J’ai tout de même demandé à mon prof si c’est bien ce dont j’avais fait l’expérience, ce qu’il a confirmé en expliquant que dans un état de profonde méditation, le cerveau « jongle » entre le sommeil et la veille. C’est pour cela que l’on ressent certains des effets de l’un (le corps se relâche) et de l’autre (les sursauts qui maintiennent éveillés).

Tout ça pour dire que comme expérience, la méditation a vraiment du bon.
C’est à la portée de tous et ça fait franchement du bien lorsque l’on s’y met à fond !
Ca aide aussi à se rappeler à quel point cette journée est magnifique 🙂

Commentaires Facebook

commentaires

A propos de l'auteur JobTrotteuse

Découvrez mon blog voyage sur mon tour du monde via wwoofing et workaway, à la découverte des cultures du monde. Rejoignez-moi sur mon profil Google+

Commentaires

CommentLuv badge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *