Une semaine en immersion dans une famille chinoise : de surprises en surprises

Un projet de vie

Voici comment s’est passée ma première expérience Workaway.
J’avais en effet contacté mon hôtesse via le site internet et elle avait accepté de m’accueillir pour « l’aider à monter une école privée et entretenir la ferme bio de la famille ».
Toute l’annonce était axée sur cette fameuse école qu’elle voulait ou était en train de créer et j’adorais l’idée de prendre part à ce projet.

Dumpling et John, les parents, travaillaient auparavant pour le gouvernement et en ont tous les 2 eu marre de cet employeur, un peu trop présent à leur goût. Ils ont donc quitté leur boulot et ont décidé de faire changer les choses, à leur échelle.

Les voilà donc en route pour créer un centre de langues afin que les enfants puissent découvrir d’autres cultures, apprendre l’anglais et surtout, apprendre comme à l’école, mais avec des méthodes d’enseignement différentes : La fameuse méthode Montessori.

immersion-dans-une-famille-chinoise-2En parallèle de ce projet, et parce qu’il n’est pour l’instant pas viable en l’état, le couple a également décidé d’organiser des camps d’été ou d’hiver avec des enfants et de faire visiter leur ferme bio familiale, en organisant des « journées à la ferme » durant lesquelles les petits apprennent comment faire pousser des fruits et légumes et les cuisiner (j’en parle plus longuement ici)

J’ai eu la chance de participer à l’une de ces journées, même si j’ai été surprise de devoir préparer une « présentation » sur le thème de mon choix. Je n’avais en fait pas compris que les gens participant à ce que Dumpling appelait « fête », n’était pas une fête entre amis mais bien une partie de leur business.

De l’école à l’immersion dans une famille chinoise

En arrivant à Dongguan, je m’attendais donc à arriver dans une école en devenir avec quelques élèves (d’autant que l’annonce parlait de « camps d’été » déjà existants). Et d’ailleurs, lorsque je suis arrivée chez la famille, c’est bien dans un centre d’étude que je suis arrivée, la famille vivant à l’étage, au dessus de l’école.

Quelle surprise donc quand j’ai finalement compris (2 jours plus tard) que mon hôtesse n’attendait pas de moi que je l’aide à préparer les programmes ou ce genre de chose. En fait, son mari n’était pas à la maison la semaine où j’y étais et c’est apparemment lui qui porte le projet. En son absence, elle ne savait pas quoi me faire faire.

Aussi, mon séjour a « seulement » constitué en lui tenir compagnie la journée et à parler anglais aux 2 enfants du couple, le soir.

La surprise (et je dois dire un peu la déception) passée, j’ai décidé de prendre mon parti et de profiter de ce séjour au cœur d’une famille chinoise.

Et ce fut une rencontre que je n’oublierai jamais.

Et quelle famille !

Les enfants : Eva & Summer

une-semaine-en-immersion-dans-une-famille-chinoiseJ’avais déjà été surprise de l’aisance des enfants avec moi. A peine arrivée à la gare (où ils sont venus me chercher), la petite Eva (9 ans), m’interrogeait dans un anglais déjà excellent pour une petite fille de son âge pendant que Summer, le petit garçon de 8 ans, était décidé à me battre au badminton dès que nous avons passé le pas de la porte. Et les 2 de se battre pour jouer avec moi.

Cette complicité, nous l’avons conservé jusqu’à la fin et j’en ai eu la preuve lorsque, le matin de mon départ, j’accompagnais les enfants à l’école pour la dernière fois.

Avant de quitter la maison, Summer, qui a pour passion de faire pousser des grains de haricots, m’avait remis certaines de ses précieuses pousses (qu’il surveille comme de l’huile sur le feu dès qu’il passe devant), me demandant d’en prendre soin et de lui envoyer des photos lorsqu’elles auraient grandi.

Quant à Eva, lors des au-revoir, elle m’a serré dans ses bras en me disant « I’ll miss you ». Sa mère m’a ensuite dit qu’elle n’avait jamais dit ça à aucun volontaire depuis qu’ils en accueillent (soit depuis 3 ans)… Comment résister…

Les parents : Dumpling & John

immersion-dans-une-famille-chinoise-1Je n’ai pas encore parlé des parents. Je n’ai pas eu la chance de voir beaucoup John. Nous ne nous sommes vu que la dernière journée de mon séjour. Mais j’ai pu discuter longuement avec lui un soir et ai découvert un homme plein de sagesse et dont la philosophie est de changer le monde, peu à peu et à la hauteur de ses moyens. Son projet est la preuve qu’il s’investit dans ce qu’il fait et donne le meilleur de lui-même pour que celui-ci fonctionne.

Dumpling est une femme adorable, qui essaye de faire son maximum pour qu’on se sente bien chez elle.

D’ailleurs, rien que l’explication de son nom donne un indice sur sa personnalité. Les chinois choisissent un nom anglais pour les occidentaux que nous sommes puissent le prononcer sans l’écorcher (vous savez peut être qu’en Chinois, l’intonation que l’on met dans le mot a son importance et que selon la manière dont vous prononcer par exemple « ma », vous dîtes soit « cheval », soit « cancer »…). Ainsi, Dumpling a décidé de s’appeler comme cela parce que selon elle

Guillemets orange  Tout le monde connaît et aime les dumplings. Je veux qu’on se rappelle de moi comme on se souvient des dumplings.  guillemets de fin

Pendant mon séjour, nous avons passé beaucoup de temps ensemble. Et même si parfois, la barrière de la langue se faisait sentir (son anglais étant un peu approximatif), nous avons eu de beaux moments de complicité et de rires.

Elle m’a emmené découvrir des traditions chinoises (comme le rituel du thé) et fait visiter sa ville : Le musée de Dongguan, le parc du Héros,… me demandant sans cesse si telle ou telle chose m’intéressait plus ou moins que telle ou telle autre chose.

En conclusion

Grâce à Dumpling et sa famille, j’ai eu le plaisir de découvrir la vie quotidienne d’une famille chinoise, de goûter les plats traditionnels (et d’apprendre à en faire certains), et de comprendre un peu mieux la culture chinoise, si différente de la notre.

Cette rencontre m’a convaincu de quelque chose et m’a donné une des premières leçons de mon voyage : Ne jamais s’attendre à trop de choses lorsque l’on arrive dans un nouvel endroit.

D’abord parce que l’on sera sûrement déçu (comme je l’ai été les premiers jours), et ensuite parce qu’en abordant les choses avec un œil neuf, on ouvre son esprit et son cœur à tout ce qui peut arriver, et l’on tire souvent le meilleur de chaque expérience.

Commentaires Facebook

commentaires

A propos de l'auteur JobTrotteuse

Découvrez mon blog voyage sur mon tour du monde via wwoofing et workaway, à la découverte des cultures du monde. Rejoignez-moi sur mon profil Google+

Commentaires

CommentLuv badge

  • Répondre de Beaulaincourt

    Et voilà comment progressivement les rencontres sont le sel le poivre de la vie. Merci pour cette immersion qui en dit long sur une famille chinoise ouverte et consciente de son environnement parfois préoccupant du côté de l’écologie.

    Read you soon

    • Répondre JobTrotteuse

      Et oui, il faut déjà une sacrée ouverture d’esprit pour accueillir des étrangers chez soi comme ils le font depuis 3 ans. Et pour les enfants, c’est vraiment un plus ! Alors que tout le monde dans la rue me dévisageait « une blonde ??? Ici ??? » les enfants du couple ne se sont pas posé 1 seule question avant de m’accueillir à bras ouverts ! Ca donne une belle leçon 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *